Festival Archipel - home

[ Rüdiger Carl]

Né en 1944 à Goldap (Est de la Prussie), Rüdiger Carl est accordéoniste, saxophoniste, clarinettiste, arrangeur et compositeur, et le plus souvent, tout à la fois. Tout d'abord essentiellement comme saxophoniste, il s'inscrit dans l'évolution de la musique dite d'" improvisation libre " en y tenant un rôle particulièrement créatif grâce à son langage expressif, Valentinesque, drôle et sans limites.
Depuis cette époque, Rüdiger Carl a opéré le changement instrumental probablement le plus radical qui soit en abandonnant le saxophone ténor - instrument fondamentalement lié aux pratiques de l'improvisation, pour l'accordéon qui demeure clairement associé à des expressions musicales fort différentes.
Il a enregistré son premier disque en 1972 et a joué depuis avec des nombreux musiciens tels Arjen Forter, Makaya Ntshoko, Louis Moholo, Maarten van Regteren Altena, Tristan Honsinger, Johnny Dyani et Han Bennink.
De 1973 à 1976, il a également été membre du Globe Unity Orchestra et, depuis la fin des années septante, il donne des concerts en solo. Rüdiger Carl se joint régulièrement à différentes formations musicales, particulièrement en compagnie de Sven-Åke Johansson et Hans Reichel. Les trois musiciens ont fait partie du Bergisch-Brandenburgisches Quartett (avec Ernst-Ludwig Petrowsky), Carl et Johansson sont membres du Swing Dance Band (avec Alexander von Schlippenbach et Jay Oliver), Carl et Reichel jouent dans le September Band et le trio Carl/Reichel/Johansson lui-même existe depuis 1994.
Parmi ses autres fructueuses explorations figurent son duo avec Hans Reichel, ses productions avec Joëlle Léandre et Carlos Zingaro ainsi que sa longue association en duo avec Irene Schweizer, commencée en 1973 déjà, et qui se poursuit encore aujourd'hui. Cette dernière association se retrouve enfin dans le COWWS quintet (avec Philipp Wachsmann) dans lequel les influences du chant et du folklore si présentes dans l'accordéon de Rüdiger Carl sont primordiales.

"Sur scène, Carl donne l'impression d'un comte prussien qui, après quelques bouteilles de vin devient étrangement pensif. Une vision sonore surréaliste. "

(d'après Andreas Kallfelz, dans www.margaretapeters.ch)