Beat Furrer

Compositeur suisse résident autrichien né le 6 décembre 1954 à Schaffhausen,
© Heribert Corn
En concert
Des rives, des rêves 1 - di 13.3 13h30
Œuvres jouées
Lotófagos

Vidéos

Site de l'auteur
fr.wikipedia.org/wiki/Beat_Furrer

Compositeur suisse résident à Vienne, Beat Furrer est né le 6 décembre 1954 à Schaffhausen. Il commence des études de piano au conservatoire de sa ville natale, puis s’installe à Vienne en 1975 pour étudier la composition avec Roman Haubenstock-Ramati et la direction d’orchestre avec Otmar Suitner. Il vit aujourd’hui à Kritzendorf, près de Vienne. En 1985, il crée l’ensemble Klangforum Wien. Il en est le directeur artistique jusqu’en juillet 1992. Depuis 1992, Beat Furrer est professeur de composition à l’Université de Musique et d’Art dramatique de Graz.

Les arts plastiques, la littérature, le jazz forment l'arrière-plan d'où naissent ses premières oeuvres. Certaines techniques s'apparentent par analogie aux procédés plastiques: superposition de couches qui cernent progressivement un objet en revisitant une même structure dans Retour an dich, trio, 1986, effets de clairs-obscurs dans le Streichquartett n°1, 1984. Ce travail de différenciation extrême entre les sons, les gestes et les textures se ramifie par endroits en des trames très denses où se tient, au contraire, au bord de

la dissolution (Studie 2 - à un moment de terre perdue, pour ensemble, 1990; Nuun, concerto pour piano et orchestre, 1996). La tendance à laisser certains éléments non-fixés, ou encore à laisser se développer les figures de manière autonome à l'intérieur d'un cadre réduit, reste une marque de son écriture jusque dans ses dernières oeuvres. La forme musicale procède le plus souvent par processus superposés, recouvrements ou dévoilements progressifs, filtrage ou distorsion de mécanismes ou de matières raffinées, parfois déchirés par des gestes emphatiques surgissant dans toute leur étrangeté (Still, 1998). La voix enfin, du balbutiement bruité jusqu'au langage constitué, occupe dans ses compositions une place décisive. Les instruments, comme la voix, restent souvent proches de l'énonciation parlée. La flûte d’Invocation (2002-2003), au même titre que la chanteuse et la comédienne, joue le personnage principal. Parmi ses oeuvres de théâtre musical, citons son premier opéra Die Blinden, créé en 1989 au festival Wien Modern, Begehren (2001) et Fama (2005), qualifié de Hörtheater (théâtre pour l’écoute).

© Ircam-Centre Georges-Pompidou